Tag Archives: ONAC

Précis de travail récente à La Boisselle

A la mi-novembre 2013, les fouilles du La Boisselle Study Group (LBSG) ont repris dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale à la Boisselle, dans la Somme. Le travail s’est focalisé sur les éléments qui se trouvaient dans la cour d’une grande ferme, une position connue des forces françaises sous le nom de « l’ilot », et que les Allemands appelaient « Granathof ».

En Juillet 2013, pendant les fouilles d’une tranchée allemande datant d’avant Noël 1914, située dans le dernier coin restant de la cour (le reste a été emporté par un cratère de mine), et d’une tranchée de communication reliée creusée au début de 1915 par les troupes françaises, les archéologues du LBSG ont découvert les restes d’un soldat britannique. Les recherches ont montré la présence d’autres restes humains.

Suite aux discussions menées avec le Ministère de la Défense Britannique (MoD), la Commission des Tombes de Guerre du Commonwealth (CWGC), la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) et l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC), et à une campagne intensive de collecte de fonds, les fouilles ont repris à la Boisselle le 15 Novembre 2013. L’équipe internationale de bénévoles du LBSG se composaient d’historiens, d’archéologues, de généalogistes, de géophysiciens, d’anthropologues, de géomètres et de conservateurs.

Un abri spécifique a été spécialement construit pour englober le site de travail. Il comportait une zone de traitement des objets, de nettoyage et de conservation avec un poste de photographie et une section d’anthropologie. Lors du travail très complexe qui a suivi dans les débris de l’écurie de la ferme, un second soldat britannique a été découvert. A proximité, les restes de sept soldats français et allemands ont aussi été retrouvés.

Quand le projet s’est arrêté le 8 décembre, les corps des Français et des Allemands ont été remis à l’ONAC à Bray-sur-Somme. La CWGC, agissant pour le compte du Ministère de la Défense Britannique, conserve les deux squelettes britanniques dans sa morgue à Beaurains, et le MoD continue son travail pour les identifier.

En attendant les décisions sur l’avenir du site du Glory Hole, qui doivent être prises plus tard dans le mois par la récente Association des Amis de l’Ilot de la Boisselle, le site a été rebouché pour protéger les fouilles.

La Boisselle Study Group, 8 janvier 2014