Siebe Gorman et le sauvetage dans les mines

Diagramme de l’appareil respiratoire isolant Proto.

Le plus grand meurtrier de la guerre menée dans les tunnels sous le No man’s Land était invisible : le monoxyde de carbone, CO. A la Boisselle, des charges allant jusque 15 tonnes en libéraient de grandes quantités, inondant les tunnels de gaz et se frayant un passage dans les fissures de la couche de craie. Sans saveur, invisible et inodore, il pouvait prendre même les mineurs expérimentés et les ingénieurs des mines au dépourvu. Au début, les tentatives de sauvetage par des hommes non protégés ont causé de nombreuses pertes alors qu’ils essayaient de sauver leurs camarades. Même si l’équipement d’abord distribué par les magasins de l’Armée Britannique était complètement dépassé, la menace a été rapidement identifiée et maitrisée. Rapidement, le plus moderne des équipements respiratoires isolants a été distribué sous la forme des appareils « Proto » et « Salvus », tous les deux perfectionnés par Robert Davis, de Siebe Gorman en 1902. Ils permettaient au porteur de survivre dans une atmosphère irrespirable en combinant de l’oxygène dans des bouteilles en acier, et l’air expiré recyclé, nettoyé du dioxyde de carbone par l’utilisation de carbonate de sodium, qui absorbe le CO. En régulant la quantité d’oxygène libérée par la bouteille, un homme entraîné pouvait faire fonctionner le Proto pendant plus de deux heures. L’appareil pesait plus de 15 kilos et nécessitait un mode d’emploi méticuleux. Le Salvus était plus léger avec une durée d’utilisation d’une heure.

Equipe de sauvetage des mines civiles équipée de torches, soufflets, matériel respiratoire à courte portée, kit de réanimation respiratoire Novita, appareil Proto, cordes et canari dans une cage.


L’appareil Proto de Siebe Groman porté par un membre de l’équipe de sauvetage d’une compagnie de tunneliers.

Les équipes de sauvetage et les instructeurs étaient recrutés chez les mineurs civils, et plusieurs autres milliers d’ « hommes Proto » étaient instruits dans les écoles aménagées derrière les lignes du Front Occidental. En 1916, il y avait cinq établissements spécialisés pour l’entrainement des Tunneliers à l’utilisation des appareils et des techniques de sauvetage. Chaque Compagnie de Tunneliers avait ses hommes Proto toujours prêts dans un abri spécialement équipé, situé dans ou près du système de tunnels. Beaucoup de choses ont été apprises sur l’utilisation du système Proto. Basé sur son expérience en temps de guerre, un manuel intitulé « Nouvelles pratiques pour l’utilisation de l’appareil respiratoire isolant » a été édité par Rex Smart, commandant d’une des écoles. Il a été très influent dans l’amélioration des utilisations civiles d’après-guerre.

Un homme Proto montrant la respiration artificielle et l’administration d’oxygène avec l’appareil « Novita » de Siebe Gorman.

Les équipements Proto et Salvus ont été souvent utilisés dans les opérations de mine de la Boisselle. Après une explosion, l’air était testé avec des souris, des canaris ou même des lapins. Les Hommes Proto descendaient ensuite et rampaient le long des étroites galeries, ramenant les pertes à la surface avec des brancards spéciaux. Une des plus importantes pertes humaines en souterrain sur le Front Occidental s’est produite à la suite d’une explosion allemande à la Boisselle le 4 février 1916 quand du méthane, libéré suite à l’explosion, a explosé dans les tunnels britanniques. Le vide causé par l’explosion du méthane a aspiré le monoxyde de carbone, tuant 18 mineurs britanniques. Les sauveteurs ont rencontré un étrange symptôme d’empoisonnement au monoxyde de carbone, qui a rendu les victimes violentes et hystériques : les hommes Proto ont dû lutter sous terre contre les mineurs qui les attaquaient physiquement. Néanmoins, de nombreux mineurs furent sauvés et ramenés à la surface, ou ranimés grâce à l’appareil Novita de Siebe Gorman..

Le sponsoring de Siebe Gorman pour le Groupe d’Etude de la Boisselle

Siebe GormanDepuis sa création en 1814, Siebe Gorman a été synonyme d’appareils respiratoires. Ils ont produit le premier casque de plongée sous-marine en cuivre du monde en 1830, suivi d’un équipement autonome pour le sauvetage dans les mines dans les années 1870, et depuis la compagnie est devenue un des leaders mondiaux dans l’équipement de sauvetage. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Siebe Gorman a produit des masques à gaz pour les civils et des appareils respiratoires utilisés pendant la bataille d’Angleterre et par le Bomber Command. Leur matériel sous-marin a été utilisé avec succès pour des opérations de sous-marins nains. Après la guerre, la compagnie a fourni des appareils respiratoires au Joint Himalayan Committee, utilisés pour la conquête de l’Everest de Sir Edmund Hillary et Sherpa Tenzing en 1953. Après une restructuration d’entreprise, Siebe Gorman a été acheté par John H. Harvey, qui a relocalisé la production à Malacca, en Malaisie.

Le Groupe a d’abord contacté Siebe Gorman en Février 2012. Nous espérions que leur lien étroit avec les tunneliers en temps de guerre pourrait les encourager à participer. Depuis leur première correspondance en Avril, leur dévouement et leur soutien pour le projet de la Boisselle ont été entiers. Après discussions, ils ont gentiment accepté de nous fournir trois appareils respiratoires isolants SG-100, un appareil respiratoire Tabard, un chariot Mark 3 Airline et quatre-vingt-dix mètres de tuyau. Il a aussi été prévu que leur Coordinateur de la Formation Internationale, Kevin James, un mineur, pompier, ingénieur en risques et formateur en appareils respiratoires expérimenté, se joigne à nous sur le site pour trois jours de formation.

Avant notre exploration fructueuse du niveau à 24 mètres, nous n’étions pas sûrs de la qualité de l’air dans le système. Il pouvait y avoir d’éventuels gaz dangereux dont le monoxyde de carbone (les résidus d’explosions datant de la guerre des mines), du méthane des poutres pourrissantes et du sulfure d’hydrogène. Sous l’autorité de Kevin, plusieurs membres de l’équipe ont suivi un entrainement aux appareils respiratoires et sont maintenant tout à fait qualifiés pour leur utilisation. Quatre-vingt-dix-huit ans après l’utilisation de leur équipement par les tunneliers britanniques à la Boisselle pendant la préparation de la Bataille de la Somme, il est bon de savoir que Siebe Gorman fournit encore une fois les protections à ceux qui explorent le système de tunnels des Glory Hole.

Les membres du Groupe avec Kevin James, Coordinateur de la Formation Internationale de Siebe Gorman.


Kevin James expliquant le fonctionnement du chariot à air.


Les membres du Groupe au travail sur le chariot à air.


Les membres du Groupe en formation sur l’appareil respiratoire Tabard.


Kevin donnant les instructions pour le masque du système Tabard.

4 Responses to Siebe Gorman et le sauvetage dans les mines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.